Mon panier : Aucun produit

Une chambre d'enfant dans un champ magnétique intense, sans cause apparente

commentaire de Thierry Gautier


J’ai choisi de vous parler d’une étude d’habitation, réalisée l’hiver dernier, en raison d’un phénomène particulier rencontré dans une chambre présentant une nocivité parmi les plus élevées que puisse rencontrer un géobiologue. Le cas est excessivement rare mais,  comme j’ai depuis rencontré deux autres cas similaires, cette information pourrait vous être utile.


Après avoir terminé la recherche des rayonnements telluriques d’un pavillon assez récent (une quinzaine d’années), j’ai procédé à la mesure de la prise de terre*, puis à celle des champs électromagnétiques 50 Hz** dans chaque pièce.

Dans une chambre d’enfant du premier étage, le champ magnétique global était, sans raison apparente,  supérieur au seuil d’alerte, avec une intensité plus élevée que si cette chambre eut été placée sous un pylône d’une ligne à très haute tension ! Les valeurs étaient incroyablement fortes : 112,9 mG au niveau du plancher, 59,8 mG à 40 cm de hauteur et ceci dans la quasi totalité de la chambre et non pas en un point précis.

 un champ magnétique incroyablement élevé


  1. on aperçoit le mesureur de champs (en jaune) et la sonde (en orange), au milieu des jeux d’enfants
  2. 59,8 mG sur le siège du cheval à bascule !
  3. 112,9 mG sur le tapis de jeux et les petites voitures !


Le champ magnétique était, on s’en rend compte à la lecture des valeurs, plus intense à l’approche du sol et l’ont aurait pu suspecter un chauffage électrique par le sol. Pourtant, il n’y avait pas de chauffage par le sol mais uniquement un panneau rayonnant mural dont le rayonnement électromagnétique était habituel (environ 0,60 m de rayon).

Les investigations furent ensuite menées au rez-de-chaussée, dans le garage, situé à  l’aplomb de la chambre pour y découvrir la présence de l’éventuel pollueur dont le rayonnement serait susceptible de traverser la dalle pour atteindre la chambre.

Il n’y avait rien de particulier sinon la présence du compteur électrique et du tableau électrique mais ceux-ci ne peuvent rayonner si fort et sur une telle surface. Pourtant, une nouvelle  mesure de champ confirma la présence d’un champ magnétique, mais cette fois-ci au niveau du plafond (donc vers le plancher du premier étage) et d’une intensité encore supérieure. L’origine du rayonnement est donc située entre le plafond du rez-de-chaussée et le plancher du premier étage.


J’ai donc ensuite coupé l’électricité au disjoncteur. C’est le premier réflexe pour savoir si une pollution magnétique vient de l’habitat ou d’une source extérieure (ligne, transfo...).

Le champ est aussitôt tombé à 0 mG, donc il venait de la maison.

Il fallut ensuite procéder à l’identification par élimination. Ce qui ne peut être fait qu’à deux. Je fus aidé par la propriétaire. Voici le principe :

le géobiologue équipé d'un mesureur de champ magnétique 50 Hz s'installe dans la pièce rayonnée et l’autre personne se place devant le tableau électrique. Le but est d’identifier le  ou les circuits alimentant le pollueur pour pouvoir ensuite le localiser et l’identifier. La personne installée face au tableau abaisse les fusibles, lentement les uns après les autres, non sans avoir reçu, à chaque fois, le feu vert du géobiologue qui contrôle la valeur du champ. Si l’intensité du champ magnétique baisse soudainement, le géobiologue avertit l'autre personne qui note alors le circuit concerné. L’opération continue jusqu’à ce que le champ magnétique de la chambre tombe à 0 mG. Il peut arriver que plusieurs circuits soient en cause mais que certains le soient plus que d’autres.

 

Dans le cas présent, c’est lorsque le circuit du chauffage a été coupé (il s’agissait de panneaux rayonnants dans toute la maison), que le champ magnétique est tombé à une valeur proche de 0 mG. Cependant, ce n’était pas le chauffage de la chambre qui rayonnait car, si l’on éteignait que celui-ci, la baisse du champ magnétique était faible . Même chose pour les autres chauffages de l’étage. Il fallait que tous les panneaux rayonnants soient coupés pour que le champ baisse de façon significative.


C’est alors que l’origine du champ magnétique devient évidente, bien que la venue d’un électricien professionnel soit indispensable pour confirmer la suspicion.

Les chauffages rayonnants (tous comme les convecteurs) sont des gros consommateurs d’électricité. Si le champ magnétique constaté dans la chambre augmente avec la mise en marche du chauffage, le champ est donc fonction de la consommation d’électricité. Il est vraisemblable que l’on soit ici confronté à un phénomène de “boucle” électrique. Dans une canalisation électrique, les conducteurs aller et retour doivent toujours être ensemble car si l’on sépare la phase et le neutre pour faire physiquement une boucle autour d’une pièce (la phase d’un côté et le neutre de l’autre), cette boucle crée un champ magnétique. Celui-ci étant fonction de l’intensité, la consommation électrique importante des chauffages explique alors la montée de la valeur du champ magnétique.

Dans cette maison, le compteur électrique se trouve à l’entrée du garage et le tableau électrique  est diamétralement opposé (toujours dans le garage mais près de la porte côté jardin).  Le câble électrique qui relie l’un à l’autre ne devait pas être installé de façon conventionnelle et sans doute la phase et le neutre partaient-ils du compteur vers le tableau en faisant une boucle.  Malheureusement, le plafond du garage étant isolé avec des plaques de polystyrène extrudé,  il était impossible d’apercevoir les canalisations électriques.

C’est l’électricien professionnel (spécialiste en électricité biotique) qui, venu quelques jours plus tard, confirma la boucle entre le compteur et le tableau (l’installation était de plus en triphasé).

L’intervention consistera, par la suite,  à recâbler correctement entre le compteur et le tableau. 10 mètres de câble suffiront alors à supprimer un champ magnétique d’une rare intensité.

La question qui bien évidemment se pose  est  de connaître la raison cette boucle. On peut imaginer que, lors des travaux d’isolation du garage effectué par le précédent propriétaire lui-même, celui-ci a dû déposer le câble fixé au plafond pour y coller les plaques isolantes et qu’ensuite, sans doute pour des raisons pratiques, a-t-il  séparé le neutre et les 3 phases afin de les encastrer plus facilement dans les rainures latérales des plaques de polystyrène.


Dans l’attente de la réalisation des travaux, le conseil est donné de ne pas utiliser la chambre concernée et de faire dormir l’enfant dans une autre pièce. Sinon d’arrêter le chauffage la nuit, et d'éviter en journée d'y laisser jouer l'enfant quand le chauffage est allumé.

 

Dans un autre cas  rencontré depuis , j’ai mesuré 38 mG dans un séjour pour une raison identique (confirmée également ensuite par  un électricien spécialisé en électricité biotique). La boucle avait été consécutive à des travaux de restauration effectués par des professionnels.

Et enfin, j’ai  mesuré 5 m G dans un canapé (non électrifié) après les travaux électriques effectués par un bricoleur qui avait séparé la phase et le neutre et ainsi créé une boucle dans son salon.

 

 

 

* Mesure effectuée avec un mesureur de terre (mesureur de boucle) MBT 200 FORSOND  -fréquence : 50/60 Hz - conçu selon la norme CEI-1010-1 et en réponse aux exigences de la norme NF C 15-100.

**Mesures effectuées à l’aide d’un mesureur de champs électriques et magnétiques alternatifs 50/60 Hz . modèle EFM 130 composé d’un multimètre Metex M-3800 (USA) blindé + capteur de champ magnétique + capteur de champ électrique équipé d’une perche diélectrique.


Pour en savoir plus :


tout savoir sur les pollutions dans l'habitat et pouvoir choisir un habitat sain 




Le "Guide de l'habitat sans nocivité pour la santé" en  vente à la boutique livres